• Enclos des Chevaux

    Résultat de recherche d'images pour "enclos bois chevaux"

    Ici, les Indiens laissent leur chevaux (sauvages ou apprivoisés )


  • Commentaires

    1
    Samedi 25 Novembre 2017 à 18:42

    Véga broutait tranquillement l'herbe tendre

    2
    Mercredi 29 Novembre 2017 à 17:38

    Ombre arriva vers elle.

    - Bonjour Véga, sa va ?

    3
    Mercredi 29 Novembre 2017 à 21:05

    - Oh très bien, et toi ?

    Je suis heureuse de te voir aujourd'hui, à vrai dire je m'ennuyais !

    4
    Mercredi 29 Novembre 2017 à 21:09

    - Ne t'inquiète pas. Je s'rai toujours là t'façon.

    5
    Mercredi 29 Novembre 2017 à 21:17

    Oui bien sûr, dit poliment Véga et elle se remit à brouter.

    6
    Mercredi 29 Novembre 2017 à 23:48

    -Ta jamais voulu partir ?

    7
    Jeudi 30 Novembre 2017 à 18:20

    Véga le regarda et lui demanda :

    - Où veux-tu en venir ?

    8
    Samedi 2 Décembre 2017 à 13:48

    Nifasi broutait tranquillement, et vit alors le rapprochement de deux chevaux qui entamèrent une conversation. Intrigué, le mâle fit quelque pas discrets dans leur direction pour écouter leur conversation. Quand soudain, il ne pu s'empêcher de réagir à la question posée:"QUOI!?! Partir loin des hommes ? Vous les haïssez à ce point ?"

    Puis, il se rendit compte que les mots lui avaient échappé... Nifasi était à quelques mètres du duo, et après un petit blanc, le mâle se résigna à partir:"Je n'aurai pas dit vous interrompre, désolé."

    9
    Samedi 2 Décembre 2017 à 20:12

    - Non je suis d'accord avec toi Nifasi ! lui dit Véga

    10
    Samedi 2 Décembre 2017 à 20:59

    - Ah Véga ! Tu ne penses donc jamais à vouloir partir de cet endroit pour galoper à ta guise ? L'Etalon tapait du sabot contre l'herbe verte. Il avait la queue en panache.

    11
    Samedi 2 Décembre 2017 à 21:08

    - Non, je préfère rester avec les bipèdes qui me protègeront, nourriront, soigneront et m'aimeront alors que en cheval sauvage ; tu ne tiendras pas une semaine ! Mangé par une bête sauvage, mordu par un serpent, tué par une maladie, tu as vraiment le choix concernant ta mort ! Mais le pire, c'est que tu verras tes petits trop faible mourir sous tes yeux et là tu connaîtras la vrai souffrance ! lâcha Véga, elle était sur le point de pleurer en évoquant le dernier point.

    - Et puis je ne pourrais JAMAIS quitter mon cavalier. Voilà toute les raisons qui me poussent à rester.

    12
    Samedi 2 Décembre 2017 à 21:09

    - Mais si on y allez ensemble ? Je te protègerais !

    13
    Samedi 2 Décembre 2017 à 21:13

    - Non, JAMAIS je te dis

    14
    Samedi 2 Décembre 2017 à 21:14

    - C'est idiot...

    15
    Samedi 2 Décembre 2017 à 21:15

    - Je ne suis pas d'accord ...

    16
    Samedi 2 Décembre 2017 à 21:15

    ( salut j'y vais )

    17
    Samedi 2 Décembre 2017 à 21:15

    Ombre souffla des naseaux. Il grattait furieusement le sol.

    18
    Dimanche 3 Décembre 2017 à 01:15

    Nifasi pensait alors tout bas à la conversation partagée que venaient d'avoir le duo face au solitaire:"Et beh... quelle hargne de chaque côté... Ce sujet semble controversé entre eux mais... Cette dispute n'a l'air que d'une simple controverse entre deux bons amis de longue date... Très étrange, mais ça ne me concerne pas.";

     

    (Attention: inutile si vous n'êtes pas "romantique" au sens littéraire du terme)

    L'étalon passa alors son chemin, et s'approcha plutôt d'un arbre au cœur de l'enclos. Des fleurs parsemaient les branches soumis au soleil assommant de l'après-midi. Nifasi observait la courbure majestueuse de l'arbre avec une certaine admiration pour sa vigueur sous ce soleil de plomb. Il y avait quelque chose de surprenant, et de fascinant à voir s'élever cet arbre solitaire dans cette aire d'herbe et de chevaux plus fougueux les uns que les autres. En nous offrant son ombre, nous lui offrions notre bénédiction. Ses feuilles grasses, ses fleurs parfumées, et cet endroit où trônait le végétal ne faisait que ravir davantage l'étalon. Chaque jour, il regardait cet arbre avec un œil nouveau.

    Un coup, Nifasi regardait l'arbre à l'aube, sous la lueur rosée du matin. Les teintes se réfléchissaient sur son tronc imposant et tortueux. Ses formes, mises en valeur par un contraste d'ombre, ravissait l'animal dès son réveil. Généralement, une fine brise accompagnait, sur un goût voilé, la chute lente et continuelle des pétales réguliers du printemps. Une autre fois, l'étalon admirait cette majesté à la tombé de la nuit. Tantôt l'orange lui allait bien, tantôt l'ombre gigantesque de l'arbre lui conférait des airs mystérieux, qui emplirent l'animal d'un sentiment de sérénité bienvenue. A un autre moment, Nifasi rôdait autour de l'arbre de nuit, et remarquait à chaque lune les différences de luminosité qu'apportaient les changements dans la nuit. Ce silence, ce calme nocturne, l'apaisement d'une journée passée, et la transition vers une nouvelle peut-être plus passionnante que l'ancienne, peut-être plus longue, peut-être plus agréable... Jamais il ne savait prédire avec exactitude ce qui pouvait arriver, mais toujours, il ne pensait plus qu'à une chose, une seule.

    (Fin de l'avertissement)

    A tout instant, jour et nuit, il ne pensait qu'à Elle. Nifasi savait que s'il passait ses journées dans cet enclos, c'était soit parce que sa cavalière le laissait se reposer ; soit parce qu'elle avait de nombreuses choses à faire, comme toujours. Mais cette vie ne le dérangeait pas, bien au contraire ! Il se sentait libre. Libre de plonger dans ses songes lors de ses sessions solitaires, comme celle-ci. Et libre d'être avec Elle, quand Elle était là pour lui. Ses escapades sauvages en sa compagnie, à pied, ou sur son dos, lui permettait de s'évader avec Elle, de voyager, et de vivre. Il l'aimait plus que tout au monde, et attendait patiemment sa venue à tout moment. A chaque bruit qu'il entendait, peu lui importait l'heure, il espérait qu'il s'agisse des pas d'Ama, et de personne d'autre.

    Il adorait passer du temps en sa compagnie, parfois au galop dans les landes, même s'il s'agissait du travail préparatoire à un futur "travail" en tant que preux destrier de sa cavalière chérie ; parfois en la laissant s'occuper de lui durant des heures, tout en ne s'en lassant jamais, et en écoutant dans le même temps tout ce qu'elle avait à dire. D'une oreille attentive, l'équidé ne désirait que le bonheur d'Ama, et s'il la savait triste, il partageait cette peine avec Elle, tel un véritable ami, ou un confident de longue date. Tentant tantôt de lui faire quelques signes d'affections ; à moins qu'il ne préfère la laissait faire comme bon lui semblait, car Elle était tout pour lui. Nifasi estimait Ama plus comme sa princesse, celle qui l'a désigné pour partager sa vie, et pour la protéger si Elle se trouve en danger. Il s'en est fait un devoir, et une raison d'être.

    Pour lui, s'il existe, c'est dans le but unique de servir et secourir Ama du moindre danger qui la guette. Si jamais il l'entend hurler pour une quelconque raison, Nifasi commencerait à s'agiter, car il craint pour Elle. Et si jamais il perdait son objectif, il n'aurait plus de raison d'exister. Rien que de réfléchir à cette éventualité, il en tremble d'effroi. Perdre Ama serait comme perdre son âme, et ne serait dès lors qu'une coquille vide sans but... errant dans cet enclos en l'attente d'un nouvel objectif. Mais l'étalon refusait obstinément de perdre sa princesse, et ne désirait à présent que sa venue prochaine. Cela devait déjà faire deux jours qu'Elle n'était pas venue le voir, mais il ne perdait pas espoir. Nifasi s'approcha alors vers la clôture de l'enclos, en cherchant du regard celle qu'il désirait tant entre-apercevoir parmi les tipis déserts. Il y avait du monde qui s'agitait par là, mais pas d'Ama en vue. Il huma l'air un instant. La brise était fraîche malgré la chaleur qui s’adoucissait lentement par cette après-midi qui prenait lentement fin. Soudain, il détecta le délicat parfum, celui qu'il pouvait trouver entre mille: un brin de rose, une touche de thym, et une pincée de douceur à l'arôme si caractéristique. Ama... elle était passé par là il y a peu... A moins que cela ne vienne que de son imaginaire si désireux, car le délicat parfum se dissipa bien vite, au grand désespoir de Nifasi.

     

    (Nan, je rigole, tu peux avancer encore x)

    Il restait là un instant, scrutant les allés d'un regard lent, et paisible. Sa patience n'avait pas de faille, et il pouvait rester des heures entières à l'attendre, parfois en vain... Mais quand elle arrivait enfin, l'étalon ne cachait jamais son enthousiasme. Il hennissait sa venue, pour appuyer sa joie, les oreilles pointées vers Elle, et le regard vif. La tête haute, il se mettait à piétiner frénétiquement le sol, d'abord dans un mouvement de recul, pour inciter Ama à s'approcher, puis il se rapprochait de nouveau d'elle, en s'étendant de toute son encolure. Puis les actions se diversifiaient sur ce point, car tout dépendait de l'objectif de la venue de sa cavalière. Cette partie était d'ailleurs celle qu'il préférait: attendre de connaître avec l'impatience d'un jour de fête ce qu'elle avait prévu pour lui ; Une surprise, une friandise, une ballade, une sortie dans les landes, ou alors juste une recherche de réconfort auprès de lui ? Tout lui convenait. Mais en y repensant, Nifasi se décourageait peu à peu de l'idée qu'Ama passerait aujourd'hui. L'animal se résigna complètement et s'en retourna paitre dans le pré quand le soleil avait atteint la cime, et la lune effectué sa montée au ciel. Il n'était pas vraiment déçu, mais prit une fois encore son mal en patience. "Faite que les esprits te garde du mal..." murmurait l'équidé dans l'ombre de l'arbre solitaire. Après quelques heures maintenant, l'animal s'allongea dans l'herbe, et s'assoupit tranquillement. Il n'avait plus l'habitude de dormir debout, ses jambes, manquant un peu de vélocité dû à son "trop peu d'exercice" quotidien, et préférait adopter un sommeil profond et plus paisible contre l'arbre qu'il chérissait tant.

     

    Et tant il pensait à Ama, il passait ses nuits à rêver d'Elle. Il savait que s'il lui arrivait quelque chose dans ses rêves, Ama pouvait avoir à subir dans les heures parfois, les jours souvent, ou même plus rarement, les semaines à venir, quelque chose qui pouvait la mettre mal dans sa peau, et/ou dans sa tête. Après tout, elle était jeune, et un rien pouvait affecter sa protégée. Et même s'il la savait plus forte que ça, il préférait s'arranger pour être là pour elle dans ces périodes-là. Cette nuit-là, son rêve était calme. Ils étaient là, tous les deux, lors d'une ballade en montagne. Le paysage était magnifique, mais inhabituel pour la région.

    Une forêt colorait les flancs montagneux de sa verdure un peu jaune, parfois rouge, mais surtout verte. Sauf qu'un détail marqua profondément l'âme de l'étalon. Pendant cette ballade ensoleillée, et lumineuse qui parut durer des heures, il s'aperçut qu'à part Ama et lui, il n'y avait là pas âme qui vive. Aucun bruit, aucun chant d'oiseau, juste le silence d'une brise légère qui caressait le museau de l'équidé, et les cheveux de sa chère cavalière. Le duo semblait se fondre dans cette forêt haute en couleur, et leur escapade les menèrent au sommet de la montagne.

    En s'approchant du plateau formant cette vaste pleine fleurie, et verte d'une herbe grasse et tendre, Ama descendit de son cheval. Elle s'avança vers le bord de la falaise dans une course plutôt lente, qui s'arrêta quelques bons mètres avant le bord. Nifasi la rejoignis dans un marche frénétique, et en jetant un œil vers le sol, il fut stupéfait par le lieu. Ils étaient au dessus d'une plaine de brume - non, d'une mer de nuage ! Quel dépaysement pour lui ! Ama, elle, semblait contempler ce paysage à couper le souffle avec satisfaction, d'après son sourire radieux. Il se souvint des mots de sa princesse:"Tu vois Nifasi... ça, c'est la liberté !"; L'animal observait attentivement sa cavalière, et pouvait en décrire les moindre détails.

    Ses cheveux d'un brin splendide flottaient au gré des vents, avec son parfum envoûtant qui ravissait les sens de l'animal, tandis que les heures tièdes de la journée passaient à une vitesse folle. A peine il cherchait à décrire les teintes des mèches, que ces dernières changeaient de couleur. La nuit faisait place en jour en à peine quelques minutes, et vice-versa. Le temps était accéléré, et le temps avait beau passer, les deux êtres vivants ne semblaient pas avancer avec lui. Le duo restait là, enfermé dans leur bulle temporelle inamovible, tandis que la mer de nuage se dissipait peu à peu, laissant place à une plaine paradisiaque. C'était en fait cette cascade, et le lac qui en découlait qui produisait cette brume si intense dans cette cavité digne d'un arrangement d'archipel au creux d'un cratère à demi-pourfendu d'une lame immense.

    Mais, plus les jours s'enchaînaient, et plus le décor évoluait. Ce petit paradis sur terre laissait place à la désolation. Un incendie d'abord, puis la venue des hommes blancs, et enfin, leurs installations destructrices. Avant de voir finalement la nature reprendre ses droits, suite à l'abandon de ces terres, devenues désuètes pour les Hommes. Les cataclysmes s'enchainaient: tornades, orages, tempête, tsunamis, et enfin cette boule de feu qui fendit le ciel et qui mit fin à toute vie sur ces terres. Nous étions là, observateurs d'une évolution qui ne nous prenaient pas en compte. Et nous avions devant nous à présent un gigantesque terrain dévasté: plus rien ne poussait, plus rien ne vivait. Aucune lumière ne réussit à raviver cet endroit.

    Mais une fois de plus, la nature revint de plus belle, et là où nos regards communs s'étaient fixés, nous vîmes naitre un arbre des plus majestueux.Un tronc tortueux, des feuilles grasses, des fleurs aux pétales au parfum enchanteur flottant dans l'air, et cette ombre si particulière... c'était si familier. Bizarrement, Nifasi trouva logique de voir s'établir ici des constructions humaines plus communes. En effet, des tipis, un enclos, suivis de chevaux, de papous, mais surtout, les montagnes en forme de cratère s'étaient à présent effondrées pour laisser place aux landes sauvages des environs.Un souffle de liberté frappa le duo au visage, et quand le jour se figea au temps de l'aube, Ama ajouta:"Bien, il est l'heure de rentrer.";

    La jeune fille grimpa sur le dos de l'albinos, et le duo se mit en route au galop dans les landes, en direction de leur camp. Une fois cette course finit - course qui sembla durer une éternité - Ama mit pied à terre, et laissa son cheval la suivre au cœur de la place entre les tipis. La jeune fille se retourna alors vers l'équidé, et le remercia de cette escapade. Puis, après une caresse d'affection de sa part sur le museau de l'étalon, un brouillard d'une blancheur intense, mais floue éteignit ce rêve poétique. Quand Nifasi ouvrit les yeux de nouveau, il était déjà le petit matin, la brume était levée sur la plaine, et l'arbre qu'il chérissait tant était toujours là, beau comme à son accoutumée. L'étalon ne pu s'empêcher un sourire, puis se décida enfin à se relever. Une fois de plus, il se mit à brouter l'herbe inlassablement, de manière à se préparer pour cette nouvelle journée...

     

        (( PS: -> j'ai mit 4h pour écrire ce pavé x) !!! ))

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 11:51

        (Nous, j'ai nommé l'administration du RPG Wind Spirit, t'attribuons le prix du plus gros pavé jamais fait sur ce RPG ! xD)

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 19:40

        (Je vous remercie de cet honneur que vous me faite!! J'espère être une digne représentante de la filière littéraire xD!! Avec un pavé pareil, j'ai relevé avoir fait au moins une "vrai" rime, et une assonance^w^! (oui, rien que ça xD!) mais ce ne sont que des détails après tout ;3! #Inspi/20 x)

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 19:42

        (De rien, cher champion du pavé ! xD)

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 19:46

        (Je rappelle juste une chose: à part la conversation, j'ai créé le contenu de (presque) toute pièce. Le contexte lui-même (une conversation entre Véga et Ombre à la base) n'aurait pas dû me permettre un tel pavé xD!! Mais bon, en 4H, j'ai eu le temps de bien développer mon perso je crois ;P!)

        (( PS: championne je te prie. Ce n'est pas parce que mon perso est masculin que je ne suis pas une fille xOx!! ... Juré, je suis pas susceptible u_u. ))

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 19:48

        (Je n'ai pas dis le contraire ! 

        J'avais compris que tu étais une fille. Alors je corrige : chère championne ! x)

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 19:53

        (Je suis satisfaite personnellement. C'est bien la première fois que je suis récompensée de rédiger autant xD!! J'espère que vous êtes également conquis par ce récit somme toute... "romantique", - on peut le dire - sur les bords.)

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 19:56

        (Je ne comprends pas pourquoi les gens ne font pas ça, un gros pavé qui décrit bien est vraiment meilleur qu'un simple "Lunatique arriva et dormit."

        J'aimais beaucoup ton récit romantique, c'était agréable à lire !)

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 20:01

        (Nyan *O*!! Merchi beaucoup x3!! J'ai fait au mieux pour corriger les éventuelles fautes... J'espère ne pas en avoir laissé trop. Mais le "agréable à lire" me va droit au coeur et me touche à un point, tu peux pas savoir xD! Généralement on me dit: C'est trop long! Ou alors: erreur syntaxe x_x... (à moins que ça ne soit la calculatrice pour celui-là ._.) Bref, merci xD!)

        (( Et petite question comme ça: ça vous fait quoi d'avoir un pavé de la sorte ? Une forme de fierté peut-être ? Une satisfaction particulière ? Ou juste une stupéfaction (potentiellement gratifiante x) ? ))

    19
    Dimanche 3 Décembre 2017 à 13:40

    ( XD t'adores faire des gros pavé ! #Sunshor ^^)

      • Dimanche 3 Décembre 2017 à 13:46

        (Merci^w^! Ça me prend des heures, je fais quelques fautes, mais j'aime bien m'exprimer quand il n'y a rien a dire xD!! Voilà pourquoi j'ai passé 4H hier juste pour le pavé ci-dessus, alors qu'il n'y a eu que l'équivalent d'une conversation tout au plus x3!)

        (( Et de toute manière, si tu veux suivre "l'histoire", faut les lire les pavés, sinon tu ne comprends pas "l'intérêt" et la "complexité" des personnages... Donc je développe la personnalité de mes perso si tu veux^w^! Mais j'aimerai bien qu'il y un peu d'action sur ce RPG là... Par exemple, si Ama venait voir Nifasi, on pourrait commencer un truc, je sais pas... ))

    20
    Dimanche 3 Décembre 2017 à 16:56

    L'étalon passait d'un côté de l'enclos, puis se rendait à un autre... Puis, la conversation du jour précédent lui revint. En regardant brièvement autour de lui, il remarqua Ombre à quelques mètres de lui. Encore intrigué par une question, Nifasi s'engagea dans une marche rapide pour rejoindre son camarade, et entamer une conversation avec lui:"Bonjour Ombre. Dis-moi, je repensais à votre conversation avec Véga hier et je me demandais... Pourquoi désirerais-tu partir ? On a tout ce qu'il faut ici, non...?";

    L'albinos espérait ne pas déranger l'autre étalon, et ne cherchait pas à accuser ou à piéger son interlocuteur, mais juste à obtenir de lui une réponse qui suffirait à satisfaire l'intérêt né de la question posée.

    21
    Dimanche 3 Décembre 2017 à 20:08

    Ombre le regarda avec stupeur. Il souffla des naseaux et redressa la tête. Il le regardait droit dans les yeux. Ombre était un étalon très fier, sa liberté était la chose la plus importante dans sa vie; même s'il aimait bien son cavalier, il n'hésiterai pas à le quitter pour pouvoir galoper librement et fonder une famille.

    - Je suis un cheval indépendant, du sang sauvage coule dans mes veines. Mes sabots aiment fouler le sol tendre des plaines et rugueux des canyons. 

    Il leva la tête, ses crins voletaient dans le vent.

    - La liberté est une priorité et un jour ou l'autre je serai libre.... Et c jour arrivera bientôt...

      • Dimanche 3 Décembre 2017 à 21:31

        "Je vois... Et c'est tout à ton honneur mon cher. Je t'avoue ta question m'interpelle car, elle me fait poser la question: Le confort vaut-il la liberté ? En soi, je me sens libre dans ce confort de vie, même si l'on m'assigne une tâche. Mais qu'est-ce qu'être libre, si nous n'avons pas de but ? Souvent, les êtres qui se qualifient "libre" exploite mal cette liberté. Ils perdent leur temps à trouver un objectif, alors que chercher à obtenir cette liberté est un but en soi. La conserver en est un autre... Et l'utiliser à bon escient est encore une autre histoire. Mais je ne vais pas t'assommer plus que ça avoir mes réflexions.";

        L'albinos détourna le regard vers les landes bordés de canyons aux couleurs roses par les lueurs de l'aube sur la plaine:"Au fait, j'ai cru comprendre que vous étiez bon amis Véga et toi. Vous vous connaissez depuis combien de temps environ ?";

    22
    Lundi 4 Décembre 2017 à 12:09

    Tandis que les deux chevaux discutaient, Hoa s'avançait peu à peu, les bras chargés d'un gros panier en osier, suivie d'un autre jeune fille plus petite, au grand bonheur de Nifasi : Ama. Plus elles se rapprochaient, plus on distinguait le panier : il était d'un joli osier peint de vert et de rouge, avec des oiseaux et des fleurs qui semblaient éternelles étaient peints dessus. 

    23
    Lundi 4 Décembre 2017 à 19:07

    Ama courut vers Nifasi :

    - Ça fait tellement longtemps que je ne t'ai pas vu mon beau ! Tu m'as manqué !

     

    Ama aimait énormément Nifasi, autant qu'il l'aimait sûrement ( c'est dire ! ). Il lui avait vraiment manqué et elle avait envie de pleurer (de joie bien sûr).

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 19:51

        L'étalon, en sentant la venue de sa cavalière, coupa court à la conversation entre lui et Ombre - bien trop heureux de retrouver sa princesse. L'albinos alla au galop retrouver Ama, et tendit son encolure de tout son long vers elle, comme à son habitude.

        On pouvait lire dans son regard brillant la joie que ressentait l'animal, et un hennissement des plus mélodieux appuyait cette impression. Puis, le yeux bleus de Nifasi se fixèrent sur le panier d'osier. Intrigué également par la présence de l'autre jeune fille, le mâle recula de quelque pas pour les inviter à le rejoindre. Il s'impatientait de savoir ce qu'ils allaient bien faire aujourd'hui !

    24
    Lundi 4 Décembre 2017 à 19:58

    Hoa appela d'un sifflement Ombre, qui trotta vers elle et s'inclina comme pour la saluer. Elle lui caressa l'encolure, avant de monter sur le cheval. Elle fixa sa sœur, qui saluait, hum, "affectueusement" son compagnon à quatre pattes.

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 20:04

        (lol, "affectueusement"... à ce niveau d'affection, c'est même plus ça xD!! Est-ce qu'il existe ne serait-ce qu'un un mot pour qualifier leur relation xD ?)

        Nifasi laissa Ama gripper sur son dos, et observait la sœur de sa cavalière avec un air interrogateur.

        "Je me demande où nous allons. J'ai tellement hâte!!" pensa-t-il.

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 20:07

        (Attend... "Adoration folle" ?.. xD)

        Hoa appela quelques cavaliers qui discutait près de l'enclos.

        "Hep, vous, là-bas ! Escortez-nous à la Plaine aux Bisons, dit-elle d'une voix impérieuse. Je vais ramasser des plantes avec ma sœur."

        (Quelqu'un aurait l'amabilité de jouer les cavaliers, en tant que PNJ ?)

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 20:15

        (Étant donné que nous ne sommes que deux pour le moment, je te suggère que nous partagions. Combien sont-ils à peu près ? Car s'il s'agit d'un groupe "indénombrable", je peux m'en occuper, mais si tu veux en faire des "persos secondaires intéressants", je te propose de faire moite-moite u_u. Et pour Nifasi et Ama, je pense que c'est pas loin d'un lien... "commun et intime" - (intime dans le sens de "privilégié") - aux deux personnages.)

         

        - L'un des membres du groupe s'approcha, suivit de près par les autres. Il commenta alors:"Et bien... Vous vous levez bien tôt pour faire la cueillette ! Mais ce n'est pas loin, je pense que nous pouvons bien vous rendre ce service. Pas vrai les gars !";

        Suite à sa réplique, un cri du cœur commun au sein du reste du groupe s'échappa bruyamment:"OUAIIIIIIS!!!!";

         

        Nifasi pensa alors:"Qu'ils sont braillards !! Mes pauvres oreilles... J'espère qu'ils ne seront pas long !";

    25
    Lundi 4 Décembre 2017 à 20:59

    Ombre frappait le sol de son sabot et commençait à s'agiter. Il avait les oreilles en arrière. Ombre avait hâte de pouvoir galoper comme un fou.

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 21:12

        L'étalon blanc ressentait l'empressement de son camarade, et se mit à s'agiter également.

        Le jeune homme s'exclama alors:"Hé là ! Calmez vos montures. On ne mènera pas de chevaux furieux en zone de récolte !";

        Les membres du groupe derrière eux se montraient assez menaçants, mais la bande accepta finalement, à l'unanimité, de mener la voie vers les lieux demandés.

        "A vos montures, nous partons !" s'écria le meneur du groupe d'ami. Une fois de plus, un "Ouais" général se fit entendre, et une dizaine de chevaux se mirent en route - dont Ombre et Nifasi - pour la Plaine aux Bisons.

         

        Excités comme des puces, le troupeau de monture se mirent en route d'abord en marchant, puis une fois en dehors du campement, les premiers chevaux se mirent à foncer à toute allure dans les landes sauvages de la région. On retrouvait d'ailleurs en tête de peloton ce cher Ombre, qui semblait ravi de pouvoir enfin défouler l'étendu de sa force ; suivit de près par Nifasi et la monture du leader du groupe.

        Nifasi n'était pas très friand de ce type d'exercice, mais l’entrain et l'effervescence du groupe donnaient pour une fois envie à l'Albinos de se donner à la course. Fondant de toute son allure, il pressait ses foulés pour gagner le maximum de terrain, mais Ombre s'avérait irrattrapable. S'engagea alors une course entre le cheval du leader et Nifasi. L'étalon se démenait, et prenait l'avantage avec difficulté. Cependant, un tronc se trouvait sur la route, et par chance, l'Albinos avait un don pour le saut d'obstacle. C'est alors qu'il récupéra un peu de son retard par rapport à Ombre, et prit de la distance avec le leader.

        Les montures des autres, eux, ne faisait qu'une course de routine... C'était à peine s'ils se fatiguaient. Et vu l'écart entre les deux groupes distincts, il était clair que ceux-là ne faisait pas la compétition.

    26
    Mardi 5 Décembre 2017 à 17:13

    Ombre galopait comme un fou si bien que sa cavalière avait un peu de mal à le contrôler. Il dépassait Nifasi en vitesse mais le beau cheval blanc était, lui, plus puissant. Ombre vit alors une rivière. 

    D'habitude, ils empruntait le gué avec un pont en bois mais Ombre ne fut pas de cette avis. Il accéléra et sauta d'un bond majestueux la rivière qui s'écoulait à grande vitesse.

    ( suite plaines au bisons)

    27
    Mardi 5 Décembre 2017 à 18:18

    (oki aussi)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    28
    Dimanche 17 Décembre 2017 à 11:46

    -----------------------------------------------

    Nifasi arriva en trombe, les foulées alongées, et Ama sur son dos. Quand il arriva enfin au camp, il se dirigea immédiatement vers l'enclos. Il ralentit donc sa course, jusqu'à aller au trot à quelques mètres des barrières. Il laissait Ama le guider, et s'arrêta devant l'entrée.

    L'albinos sentait la déception d'Ama et voulait lui faire plaisir histoire de lui remonter le moral, mais il ne savait pas quoi faire...

    29
    Dimanche 17 Décembre 2017 à 16:41

    Ama sauta gracieusement du cheval et le ramena au pré sans un mot.

    Dorénavant sa sœur n'avait plus de cheval et Nifasi plus de compagnon de jeu.

    Elle était tellement triste que qu'Hoa arrive à cette extrémité avec son cheval ...

      • Dimanche 17 Décembre 2017 à 17:02

        Au fond du cœur de l'albinos, il savait que ses mots avaient frappé l'esprit d'Ombre. Il priait pour qu'il y repense, et souhaitait du plus profond de lui que l'étalon noir ferait le bon choix.

        Nifasi frotta affectueusement sa tête contre l'épaule de sa cavalière pour lui dire d'attendre un instant. Il s'éloigna alors au trop près de l'arbre qu'il chérissait, pour y déloger sur la partie scindée du tronc un petit objet brillant. En le ramenant dans sa bouche, l'animal tendit alors à Ama un magnifique collier aux couleurs d'azur et d'aurore. Nifasi priait pour que sa trouvaille fasse plaisir à Ama, car ce collier, bien que n'appartenant à personne au camp, semblait n'avoir jamais eu de véritable propriétaire.

        En effet, l'albinos l'avait trouvé non loin de là, dans la plaine, et paraissait intacte encore maintenant. La lueur du soir se reflétait d'une rose-orangé qui sublimait encore la parure. L'étalon aux yeux bleus déposa alors le bijou dans les mains d'Ama, et lui caressa la joue du bout du museau, comme pour lui faire signe de l'enfiler.

        "J'espère que ça te plaît..." pensa-t-il, d'un regard bienveillant.

    30
    Dimanche 17 Décembre 2017 à 17:54

    Ama le regarda avec de grands yeux. Ce collier était tout simplement magnifique ! Elle l'enfila sans attendre puis sauta au coup de son cheval et lui souffla pour que seul lui l'entende :

    - Tu es le meilleurs de chevaux, je t'aime de tous mon cœur !

    Elle espérait qu'il ne voudrait jamais partir car ce cheval était juste génial, super intelligent, parfait mais comment lui faire comprendre ce qu'elle ressentait, un mot tellement fort qu'il n'existait pas. Nifasi et elle ne parlait pas la même langue et pourtant un seul regard suffisait pour traduire tous ce qu'ils avaient sur le cœur.

     

      • Dimanche 17 Décembre 2017 à 18:48

        ... Et même si les mots ne suffisaient pas, la symbiose entre ces deux êtres se partageait entre eux tel des âmes sœurs. Des êtres s'aimant d'un lien plus fort encore que deux membres de leur famille, ou plus encore que deux amoureux passionnés. C'était un lien indéfectible, impérissable, même sous le coup de la haine, il y aurait toujours eu des regrets.

        Nifasi compris les paroles d'Ama, et elles résonnèrent dans son cœur comme une hymne de bonheur qui le traversa. Il partagea sa joie nouvelle, suite à la réussite de son opération: faire plaisir à sa cavalière pour lui remonter le moral. De cette manière, l'étalon blanc passa son encolure au dessus de l'épaule d'Ama, et sera sa tête contre son dos, pour renforcer l'étreinte de la jeune fille.

         

        Un vent d'allégresse soufflait sur la plaine, malgré la scène touchante qui se déroulait à l'autre bout des landes, entre Ombre et Hoa... Nifasi entre-ouvrit ses yeux bleus, et souffla ces mots:"Jamais je ne partirai... Tu es ma seule famille. Et où que tu ailles, j'irai. Qu'importe le prix ! Je serai toujours là pour toi, pour te protéger, pour t'aimer ! Et te perdre serait la source de ma plus grande peine, et je ne désire en aucun cas te voir souffrir, que ce soit par la faute d'un inconnu, ou même de qui que ce soit - même moi... ' et je te promet sur ma vie, que si tu venais à trépasser, je vouerai le restant de mes jours à errer dans les landes dans un pèlerinage qui mènera à l'acceptation de ton absence... Mais en attendant, je ferai tout - absolument tout, pour être là, à tes côtés, et à jamais.";

        L'albinos ne pu s'empêcher de lâcher une larme suite à ses paroles profondes et sincères qui venait du cœur. Il priait pour qu'Ama comprenne, malgré la barrière de la langue, le sermon qu'il venait de faire.

    31
    Dimanche 17 Décembre 2017 à 18:55

    Ama le regarda dans les yeux ( bon, pour un cheval c'est pas trop possible ... ) et laissa tomber une larme, elle savait. Elle savait qu'il avait compris ce qu'elle lui avait dit mais elle avait du mal à comprendre ce qu'il lui disait.

      • Dimanche 17 Décembre 2017 à 21:33

        (...que dire de plus...?)

        L'étalon essayait par le regard assuré et l'allure fière ce qu'il venait de dire, la larme à l’œil cela dit. Il lui suffit de cueillir ensuite une fleur à ses sabots et de la placer dans les cheveux d'Ama dans un geste d'une grande délicatesse et de l'observer avec son regard d'une douceur infinie pour transmettre chacun de ses sentiments en action. (sauf la partie de "si tu meurs, je vis quand même pour toi" x)

    32
    Lundi 18 Décembre 2017 à 17:35

    Ama les larmes aux yeux, le caressa puis s'en alla.

    33
    Mercredi 7 Mars 2018 à 19:53

    Ama revint quelque temps plus tard, elle commença à parler à son cheval :

    - Nifasi ! Viens par ici !

    Le cheval accouru.

    - Oh Nifasi ! Comment consoler Hoa ? J'ai peur pour elle. Elle a un si gros chagrin. Je me demande si ça guérira un jour ! Mais bon ... T'as un avis toi ?

    Mais le cheval était plus absorbé par l'herbe sous ses pieds que par la discussion. Elle soupira puis s'allongea sur la barrière ( comme dans les films ^^ ).

    34
    Jeudi 8 Mars 2018 à 11:47

    Une forme se dessina. Elle se rapprocha, de plus en plus, jusqu'à ce qu'on put apercevoir une jeune indienne. Hoa. Son visage était rouge, ainsi que ses yeux. Mais, elle ne pleurait plus. Elle avança jusqu'à l'enclos et observa les chevaux d'un regard abattu. 

    35
    Jeudi 8 Mars 2018 à 19:21

    Quand Ama vit sa sœur, elle accourut vers elle et ne put s'empêcher de lui demander si elle aurait un autre cheval un jour.

    36
    Jeudi 8 Mars 2018 à 19:23

    Elle fixa l'enclos, les bras sur la barrière, les cheveux dans le vent. 

    "... Je n'en sais encore rien."

    37
    Samedi 10 Mars 2018 à 09:15

    En entendant ses paroles, Nifasi s'arrêta un instant et redressa la tête à mi-hauteur vers la pauvre Hoa. Sentant son désespoir, l'animal se dirigea à pas de loup vers la jeune fille.

    Une fois face à elle, il redressa complètement son encolure pour déposer gentiment sa tête contre le dos courbé de la jeune fille.

    S'il pouvait parler, il lui dirait sûrement "Je peux aussi être ton cheval pour un temps, si cela te convient...". Nifasi ferma ses yeux bleus, laissant le vent figer ce moment dans leurs mémoires.

    38
    Dimanche 11 Mars 2018 à 17:06

    Ama pensa qu'elle avait vraiment le meilleur cheval du monde. Il était si généreux !

      • Dimanche 11 Mars 2018 à 18:08

        (lol, ça mène nulle part pour l'instant xD! On est au point-mort je dirais... Quelqu'un peu faire bouger les choses ? ... peut-être...?)

        Il était tard, la nuit tombait sur le camp, les étoiles se mirent à scintiller une à une dans le ciel. Le repas des jeunes filles se faisait sûrement attendre. Niphasi avait toute la soirée pour réfléchir à ce qu'il s'est passé aujourd'hui, et il avait pris une décision. Ce soir, il ferait quelque chose. Il avait juste besoin d'attendre que personne ne puisse remarquer son absence, le temps de quelques heures.

        Ainsi, en attendant ce moment, il gardait le masque de l'innocent. Et même si son attitude révélait son plan, il le faisait pour le meilleur. Pour Ama et Hoa. L'étalon blanc détacha sa tête de celle d'Hoa, puis s'empara d'une fleur à ses sabots pour la placer, comme pour Ama, dans les cheveux de la demoiselle. Puis, il s'éloigna de nouveau, retournant brouter l'herbe fraîche de l'enclos.

    39
    Dimanche 11 Mars 2018 à 18:14

    (Hum, je ne sais pas. C'est vrai que ce blog est un peu devenu inactif...)

    Hoa sourit, touchée par le geste du cheval. Elle regarda sa sœur.

    "Tu as vraiment le meilleur cheval du monde, soupira t-elle. J'espère que je pourrai un jour arriver à en reprendre un."

    Elle avait bien raison d'espérer. Car chaque cheval qu'elle voyait lui faisait penser douloureusement à son ancien protégé. Elle s'assit sur la barrière. Bien que l'habituel feu de camp du dîner était allumé, Hoa n'avait pas faim.

    "Je te conseille d'aller les rejoindre, dit-elle à sa sœur, si tu veux espérer pouvoir manger quelque chose."

    40
    Dimanche 11 Mars 2018 à 18:19

    - T'as raison ! Tu viens ?

    41
    Dimanche 11 Mars 2018 à 18:23

    Elle secoua la tête.

    "Je n'ai pas très faim. Je vais plutôt aller dormir. Avec toutes ces émotions, je suis épuisée. Ah, et oui ; si tu trouves Amarok, dis-lui de venir me rejoindre dans mon tipis. On doit parler."

    42
    Dimanche 11 Mars 2018 à 19:36

    Les filles semblaient s'être résolues à enfin partir. Niphasi attendit tout de même patiemment que plus personne ne passe près de l'enclos. Quelques heures, tout au plus, après que le duo s'en soit allé, l'étalon se résolu à partir.

    Il s'échauffa les muscles sur quelques foulés dans l'enclos, puis il se mit face à la barrière, entama le galop, et sauta sans difficultés l'obstacle. Après tout, le saut d'obstacle était sa spécialité.

    Conservant son allure effrénée, l'étalon se mit à la recherche d'un troupeau de chevaux sauvage. Après tout, comme il ne portait rien de visible qui indiquait qu'il appartenait aux hommes, il espérait pouvoir réussir à convaincre l'un d'eux d'essayer. Il devait bien choisir sa cible. Peut-être un qui est mis à l'écart pour X raisons, ou alors, un petit égaré comme moi ? Et si je le recroise, j'essayerai de la faire revenir. Après tout, il a besoin de liberté, mais s'il avoue son passé, il sera rejeté. Il faut que j'essaie, je n'ai rien à perdre après tout. Je fais ça pour elles. Pour Ama et Hoa. J'espère qu'il comprendra...

    Niphasi réfléchissait beaucoup, mais ne savait pas vraiment où aller. Il fit un détour du côté de la plaine où ils s'étaient vus pour la dernière fois dans l'espoir de l'y retrouver, mais... Rien. Personne. Il continue sa route. Passant dans les landes et les vastes étendues, il n'hésita pas à traverser les étendues d'eaux pour trouver un troupeau. Mais il n'est trouva pas. Déçu, et manquant de temps avant que l'aube ne se lève à nouveau, il devait se résoudre à faire demi-tour. Peut-être aura-t-il plus de chance demain ?

    Sur le chemin du retour qu'il fit avec bien moins d’entrain, il remarqua une petite boule noire à moitié caché par un rocher. En s'approchant, il ne distingua que la forme de l'animal à qui il devait faire face à cause de l'obscurité nocturne. Se pouvait-il qu'il s'agisse bien de lui ? Le cheval devant lui semblait souffrir, il respirait fort, mais il n'avait clairement pas détecté la présence de Niphasi.

    (au choix, vous avez le droit entre faire revenir Ombre dans l'histoire - avec le droit d'accepter ou de refuser la proposition, ou alors on prend un cheval au pif, de l'âge que vous voulez, que Niphasi ne peut se résoudre à abandonner car il est seul et potentiellement blessé u_u. Au choix =)

    43
    Dimanche 11 Mars 2018 à 21:07

    (À vrai dire, je ne sais : il faudrait peut-ête d'abord ramener le cheval blessé au campement pour le faire soigner, et pour éviter que ses blessures s'infectent.. Même si il faudrait renoncer à chercher Ombre. Et si on fait l'inverse... Un cheval mourra, et Ombre n'acceptera peut-être pas de revenir... Alors la première proposition épargnerait beaucoup de chose. Mais fait comme tu veux !)

    44
    Lundi 12 Mars 2018 à 18:08

    ( Moi je propose un cheval au pif. Juste, ça s'écrit pas avec un F Ni-asi ? )

      • Mardi 13 Mars 2018 à 18:44

        (Euh...si. NiFasi, en effet, j'étais ailleurs quand j'ai écrit ça^^')

    45
    Mardi 13 Mars 2018 à 19:01

    Nifasi s'approcha de son congénère et remarqua une blessure ouverte sur le flan du jeune mustang. Son instinct ne pouvait se résoudre à abandonner un être aussi fragile ici, en le laissant courir les dangers du coin. Son état ne semblait pas alarmant dans le cas où il serait pris en charge à temps. L'étalon blanc devait agir.

    Ainsi, il réveilla le petit, et lui demanda de placer ses pattes avant par-dessus son dos de manière à le soulever facilement. C'est au pas qu'il rentrera au camp un peu plus tard dans la matinée. Lui qui avait prévu de faire oublier son absence, il devait maintenant faire face à l'inquiétude des deux sœurs à son retour, vers 10h du matin. A l'approche de l'enclos, l'étalon hennit un grand coup de façon à avertir le plus de monde dans son sillage.

    (à vous de jouer ;)

    46
    Mardi 13 Mars 2018 à 19:31

    Ama commençait à s'inquiéter de l'absence de Nifasi qu'elle était venue monter ce matin. Et s'il était parti rejoindre Ombre ? Non, elle ne pouvait se résoudre à cela. Elle n'y croyait pas. L'albinos lui avait toujours été fidèle, il ne serait jamais parti sans lui dire au revoir.

    Quand soudain, elle entendit un hennissement qui la tira de ses pensés : Nifasi ! Il était là, arrivant vers elle. Il avait l'air très fatigué et ne courait pas comme elle aurait pu si attendre. Enfin, elle vit la forme rousse qui se dessinait sur son dos. Au début, elle ne compris pas ce que c'était. Puis à mesure que son compagnon avançait, la forme ressemblait de plus en plus à un cheval. Un cheval ? Elle remarqua ensuite le filet de sang qui coulait sur Nifasi. Mais ce n'était pas le sien, c'était celui du rouquin. Elle accourut pour l'aider même si elle savait pertinemment qu'elle ne servirait à rien.

    47
    Mercredi 14 Mars 2018 à 14:42

    L'animal accueillit chaleureusement sa cavalière, avant de poursuivre sa route. Ama pouvait toujours les accompagner, mais ce que l'étalon cherchait, c'était quelqu'un au camp capable de prendre en charge le petit.

    En essayant d'expliquer ça par un regard appuyé mais désespéré à Ama, il voulait lui indiquer de trouver cette personne au plus vite. Après tout, plus tôt le petit serait pris en charge, et plus vite il se remettra de sa blessure ouverte qui suintait encore beaucoup.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :